Pour les passionnés de Jack Kerouac

Ce matin France Culture nous signale une vidéo de Kerouac en 1967.

Le journaliste, face au refus de Kerouac d’être interrogé en français par peur de mal s’exprimer, boit auparavant avec lui plus que de raison ! 

Image très rare de ce grand écrivain.

Voici le lien :

http://archives.radio-canada.ca/c_est_arrive_le/03/07/

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Pour les passionnés de Jack Kerouac

  1. Bonjour,

    Exact que Fernand Séguin et quelques membres de son équipe de Radio-Canada avaient rejoint Jack à la taverne où il s’était retranché pour le convaincre de faire l’entrevue, mais de là à permettre d’écrire « boit auparavant avec lui plus que de raison », il y a toute une marge.

    Quant à Jack, il avait bien quelques bières d’avance sur Séguin, mais ça n’avait pas l’impact que l’on prétend sur sa prestation… c’était bien l’allure naturelle d’un Jack « rendu au bout de son rouleau » et qu’il eut été « bien au sec » n’aurait pas changé grand chose.

    J.A. Michel Bornais
    Québec

    • cbeaugnon dit :

      Bonjour,

      Je ne retranscrivais que les propos du journaliste de France Culture à ce sujet !
      Cela n’enlève en aucun cas toute l’admiration pour l’écrivain.

      Bien cordialement

  2. Bonjour,

    Je viens d’écouter attentivement l’entrevue accordée par Jean-Sébastien Ménard (Montréal) à Antoine Perreault « Tire ta langue » chez France Culture. Je puis vous vous assurer que c’est la meilleure entrevue relative aux liens culturels de Jack avec ses origines canadiennes-françaises, entendue ou lue, depuis qu’on a commencé à explorer ce qui a été rendu accessible aux chercheurs des documents personnels de Jack suite à leur vente à la pièce par les héritiers de Stella Sampas, troisième épouse de Kerouac.

    Bien que l’auteur québécois, Victor-Levy Beaulieu, y ait consacré son « Essai-Poulet » de 1996, des biographes de Jack, le seul qui ait accordé à cette influence une attention digne de mention a été le californien Gerald Nicosia dans sa biographie critique « Memory Babe » publiée en 1980. Malheureusement, Nicosia a par la suite été banni de la diaspora des spécialistes de Kerouac, ayant été le seul à soutenir Janet Michelle Kerouac (Jan), la fille unique et légitime de Jack, dans son combat pour obtenir justice et faire la preuve que le testament de Gabrielle Lévesque — la mère de Jack — par lequel Stella Sampas devenait l’unique héritière était un faux. Ce qui fut reconnu par un tribunal de Floride en avril 2009, mais trop tard pour Jan qui était déjà décédée.

    Salutations,

    J.A. Michel Bornais (Fils de Léona Kirouac)
    Québec

    Note: Memory Babe, traduit par Marcel Deschamps et Élisabeth Vonarburg.
    Éditions Québec/Amérique (1994)
    jamb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *